Derniers articles :

» Manifeste pour une exception agricole   22/02/2017

» Dans le pays où je vis, la fierté n est pas un vain mot.   20/12/2014

» Chers amis je vous ai abandonnés   02/11/2014

» Du printemps, de la gourmandise et de notre ambassadeur normand, Guy de Maupassant   28/03/2014

» Et vogue Slowfood   17/02/2014



Les produits de la mer

Terre de produits »  Les produits de la mer


Quelles sont belles nos côtes aux noms poétisés, côte fleurie, côte de nacre, côte de la déroute, sablonneuses, rocheuses ou bordées de falaises, presque toutes tournées vers le soleil couchant. Les flots irisés recèlent une manne nourricière riche et variée, savoureuse et salutaire.

En Basse Normandie, la pêche professionnelle représente environ 580 navires et 2 200 marins, 400 pêcheurs à pied vivent également de cette activité.

Sans porter opprobre à la profession, marins aguerris qui pratiquent un rude métier, nous nous intéresserons davantage aux poissons de petits bateaux, garants de qualité, alors que les poissons, prisonniers de chaluts monstrueux détériorant les fonds marins, meurent bien souvent compressés, étouffés, contusionnés avant d’être remontés, et rejoignent les chambres froides de quelques impressionnants chalutiers, heureusement peu nombreux à fréquenter nos ports bas-normands.

L’artisan-pêcheur qui utilise traînes, lignes, nasses et casiers, ce marin au visage buriné à bord de petits chalutiers bleus, rouges ou verts au bruit saccadé des pistons aussi familier que le chant du ressac, débarquera au port de pleines caisses de poissons scintillants, frétillant encore.
Laissez-vous tenter au fil des saisons, bars et soles de novembre à avril, coquilles Saint-Jacques, harengs d’octobre à janvier, carrelets de janvier à mars, lieux jaunes et sardines de février à avril, Barbues de janvier à septembre, maquereaux de février à août, Saints Pierres de mai à août, alors que les turbots sont présents de nombreux mois de l’année, mais plus particulièrement de décembre à mars.
Côté pêche à pied, le buccin (bulot) est pêché en abondance sur nos côtes, 10.000 tonnes en 2011, de façon générale les « coquillages » représentent la plus grosse part des pêches.
Les élevages marins se développent, outre ceux des huîtres et des moules, l’élevage du saumon sur les côtes du Cotentin a fait son apparition.
Avec ses 4 crus d’huîtres, Asnelles, Isigny à la chair douce et croquante, Saint-Vaast iodée et charnue, et l’huître de pleine mer sur la côte ouest du Cotentin, la Normandie est la première région productrice de France.
Grâce au concours de ses fortes marées et de ses courants puissants, le littoral normand se prête particulièrement à l’élevage des moules. Près d’une moule française sur deux est produite en Normandie. La côte ouest du Cotentin est la principale zone des moules de bouchot, ainsi que dans le secteur des plages du débarquement, soit près de 18.000 tonne produites en Basse Normandie.

La pêche de loisir, en eau douce, n’est pas à négliger dans notre verte Normandie. Un seul exemple suffirait à convaincre les plus sceptiques, celui du bassin de la Touques. Avec plus de 5000 poissons comptabilisés sur une station de contrôle située à 20 km de la mer, dont certains dépassants les 80 cm, elle est considérée comme la première rivière française voire même européenne en terme de remontées de truites de mer. Il est à relever que la Touques n’est pas bordée de grandes exploitations céréalières, donc à l’abri, partiel, de rejets toxiques.

Amis et sympathisants Slowfood, nous vous invitons à éviter l’achat et la consommation de certaines espèces menacées de disparition telles que l’esturgeon européen, seule espèce d’esturgeon vivant en mer, les bars de chalut, cabillauds, flétans et merlus de l’Atlantique nord, soles de la Manche, lottes d’aquaculture (risques de dioxine et pesticides), raies et thons rouges…
En revanche, ne vous privez pas de crustacés et coquillages, bars de ligne, harengs, maquereaux, lieux jaunes de ligne, turbots, barbues, juliennes, lottes, merlans…

Depuis toujours les chefs normands ont apprêté poissons, crustacés et coquillages selon leur imagination, créant mythe et traditions sans cesse renouvelés. Ces diversités du savoir-faire, liaisons et accompagnement issus du terroir, trésors d’une gastronomie réveillée notamment grâce à nos chefs Terre Normande, vous sont présentés à l’occasion de nombreux ateliers éducation du goût, démonstrations de cuisine où chacun d’entre vous est aimablement convié à participer au sein de notre convivium Slowfood Terre Normande.
Et comme les chefs, les poissonniers, les pêcheurs et les traiteurs, petits et grands diront « Le poisson c’est bon ! ».

_______________________________________________________________


 facebook