Derniers articles :

» Manifeste pour une exception agricole   22/02/2017

» Dans le pays où je vis, la fierté n est pas un vain mot.   20/12/2014

» Chers amis je vous ai abandonnés   02/11/2014

» Du printemps, de la gourmandise et de notre ambassadeur normand, Guy de Maupassant   28/03/2014

» Et vogue Slowfood   17/02/2014



Savoir lire une étiquette

Terre gourmande »  Savoir lire une étiquette


Vous vous êtes sans doute déjà devant un mode d’emploi non traduit en français ?
Comment arriver à comprendre ce qui nous est dit ou proposé ?


C’est un peu, toutes proportions gardées, ce qui nous arrive fréquemment devant les étiquettes des produits alimentaires. Nous comprenons pratiquement tous les mots qui y sont écrits, et encore, mais pour arriver à comprendre complètement et utilement ce qui nous est dit ou proposé par le fabricant du produit alimentaire, c’est autre chose !
Si nous voulons suivre les recommandations de Slow Food pour choisir des produits bons, propres et justes, comment nous repérer dans ces étiquettes pour s’assurer de trouver ces fameux produits ?
Voyons un peu le parcours du combattant du bien manger avec un petit inventaire non exhaustif des informations contenues sur un produit alimentaire.

On peut trouver :

• Des marques de qualité ou les labels :

   - un signe officiel de qualité français comme les AOC (appellation d’origine contrôlée), les labels rouges,
    la certification AB (Agriculture Biologique) ;

   - un signe officiel de qualité européen comme les AOP (appellation d’origine protégée),
    les I.G.P. (Indication Géographique Protégée), les S.T.G (Spécificité Traditionnelle Garantie) et aussi
    la certification AB (Agriculture Biologique).

Des mentions valorisantes comme Montagne, Fermier, Pays, Vins de Pays…

Des marques collectives transversales comme, chez nous, Bienvenue à la Ferme, Les Démarches Terroirs, Bienvenue en Gourmandie, Les marques Parc Naturel Régional…

Bon, quand il y a ces labels, c’est une preuve que c’est bon ? Peut-être, peut-être pas ? Cela veut dire que le produit répond au cahier des charges de l’appellation ou du label qu’il faut aussi apprendre à déchiffrer.
On agit souvent par rapport à la confiance que nous procure une appellation ou un label mais, ainsi, on n’est pas à l’abri de quelques surprises qui peuvent être agréables mais aussi parfois désagréables.

Sur l’étiquette produit, proprement dite, on doit trouver un certain nombre d’informations :

· La liste des ingrédients : les fabricants ont l’obligation d’indiquer tous leurs ingrédients présents dans leurs produits, par ordre décroissant, le plus présent en premier, le moins présent en dernier ; mais aucun pourcentage n’est obligatoire sauf si le fabricant utilise l’ingrédient comme argumentaire commercial. Comment s’y retrouver dans des noms quelquefois un peu barbares et dans des présentations un peu trop orientées ? :

• Par exemple, le sel : pas d’obligation d’indiquer la teneur en sel. Il y a souvent la teneur en sodium qui représente 40 % de la composition du sel. Par exemple, un produit qui indique 1 g de sodium contient en réalité 2,5 g de sel.

• Autre exemple, celui des additifs : ce sont les fameux « E… ». Bons ou mauvais pour notre santé ? Difficile à apprécier selon qu’on est allergique ou non. Certains additifs peuvent être des produits naturels mais ça ne répond pas forcément à la question du bon ou du pas bon pour la santé.

• Exemple aussi très actuel, celui des OGM : si, normalement, l’utilisation de produits OGM dans un aliment doit être mentionnée, les éleveurs peuvent nourrir les bêtes avec des nourritures OGM sans informer le consommateur final…

• Comment s’y retrouver dans les matières grasses contenues dans nos produits : bonne ou moins bonne matière grasse, trop de matières grasses ou bonne mesure… ?

• Les allergènes sont parfois inscrits en trop petits caractères ; connaissez-vous la liste des allergènes que les fabricants doivent obligatoirement déclarer ?

On peut également trouver sur l’étiquetage d’un produit :

- Les AJR (apports journaliers recommandés) : quésaco et est-ce que c’est une information fiable ?

- Les calories : mais comment se retrouver dans ces listes de chiffres sans connaissance particulière de diététique ?
- L’affirmation produit allégé : mais allégé en quoi ?

Un produit avec moins de sucre mais plus de graisse peut être dit allégé car la seule exigence est qu’un des ingrédients soit effectivement en moindre quantité !

On ne rentrera pas dans les problèmes des demies livres de beurre qui ne font plus 250 grammes ou des fromages frais de 90 g au lieu de 100 g ou des yaourts de 110 g à la place des 125 g…, la liste serait trop longue.
Mais, par contre, nous sommes prêts à vous apprendre à causer « Etiquette » et à vous y retrouver dans cette jungle pour aider à y découvrir ou vous confirmer que vous avez bien fait le choix de produits bons, propres et justes.


_______________________________________________________________


 facebook