Derniers articles :

» Manifeste pour une exception agricole   22/02/2017

» Dans le pays où je vis, la fierté n est pas un vain mot.   20/12/2014

» Chers amis je vous ai abandonnés   02/11/2014

» Du printemps, de la gourmandise et de notre ambassadeur normand, Guy de Maupassant   28/03/2014

» Et vogue Slowfood   17/02/2014



Billets d'humeur

  Terre gourmande » Billets d'humeur  »  Chers amis je vous ai abandonnés


Chers amis je vous ai abandonnés


Etait-ce pour vous laisser profiter d’un printemps maussade ? D’un été boudeur ? Certes je vous taquine, mais si peu. Quand la brume tapisse les cimes feuillues, quand la pluie tenace tambourine contre les vitres fermées, rien n’est plus agréable que de se laisser choir dans un profond fauteuil, de préférence proche d’une flambée crépitante et de reprendre au marque-page une lecture passionnante. Celle qui vous renvoie à des printemps fleuris, odorants, à des étés torrides rafraîchis par le chant du ressac, celle de personnages extraordinaires, en disparaissant je vous ai offert la liberté d’un ailleurs enrichissant et soyons sérieux, je n’y suis pour rien et mon humble prose ne vous a pas manqué.
Et voici l’automne, couleur d’or et de rouille, avec le retour de votre chroniqueur. Quoi de neuf sous un soleil qui s’attarde ? La TV nous apprend que nous sommes des gaspilleurs incorrigibles, c’est peu de le dire, des fabulateurs tentent de nous convaincre que le bio n’existe pas, des avions nous survolent les soutes pleines de fruits et légumes en provenance d’outre océans alors que dans les champs et vergers pourrissent nos productions, les camions polluent impunément l’hexagone, l’Assemblée Nationale dans un débat soporifique s’interroge sur le sort des animaux, sont-ils ou non des meubles ? Le jaune d’œuf sans œuf rejoint la moutarde en tube et Monsieur Beulin, président de la FNSEA importe à bas coût du poulet brésilien bas de gamme. Rien de nouveau en vérité, notre Pays cultive et soigne son immobilisme.
Amis et visiteurs de Terre Normande, ne vous laissez pas abattre. C’est en privilégiant nos producteurs locaux, nos artisans honnêtes et consciencieux, nos restaurateurs avertis et passionnés que vous défendrez notre terre nourricière. Dédaignons les apprentis sorciers et par nos choix donnons de l’élan à un mouvement dirigé vers un mieux vivre qui tire ses richesses de valeurs ancestrales.
Slow food, un art de vivre !


Vos réactions à ce billet


Nom Prénom * :
Ville :
Email * :
Commentaire * :






Par michele le 09/11/2014 16:31:33 :

découverte de l "artiste"" .. surprise ... j approuve oh que oui .!!!. Dans nos montagnes jurassiennes la découverte de la crème ""sans graisse"" me guide vers mon doigt que je plongeais dans le lait chaud tout droit sorti de la ""pâquerette"" aux cornes provocatrices et qui ... à cette époque .. n était pas encore peinte en violet comme ses soeurs suisses . merci encore pour cet échange .. Michèle




Par broche barbara le 09/12/2015 11:52:48 :

Bonjour. Je viens de prendre connaissance de ce texte. Magnifiquement écrit, tellement vrai... A tous les niveaux !


_______________________________________________________________


 facebook