Derniers articles :

» Manifeste pour une exception agricole   22/02/2017

» Dans le pays où je vis, la fierté n est pas un vain mot.   20/12/2014

» Chers amis je vous ai abandonnés   02/11/2014

» Du printemps, de la gourmandise et de notre ambassadeur normand, Guy de Maupassant   28/03/2014

» Et vogue Slowfood   17/02/2014



Conseils & savoir faire

Terre gourmande »  Conseils & savoir faire


La planète est aujourd'hui habitée par 7 milliards d'êtres humains, et les prévisions s’accordent à dire que nous serons plus de 9 milliards en 2050. En considérant qu'un milliard de personnes ne mangent pas correctement aujourd'hui, les perspectives à ce sujet semblent plutôt sombres.

De plus en plus souvent, des voix « légitimes » s'élèvent de toutes parts pour insister sur le fait que la productivité devra être augmentée de 70 % pour parvenir à nourrir l'ensemble de la population mondiale (puisque la surface des terres cultivée diminue).

Voici donc qu'est donné le départ d'une course à la manipulation génétique des semences dans le but de créer des espèces végétales hyper-productives, voici qu'alimenter les animaux de boucherie avec des antibiotiques et des hormones afin qu'ils grandissent deux fois plus vite devient un acte sensé, voici que la destruction des forêts pour dégager des terres cultivables (qui perdent par ailleurs leurs fertilité après quelques récoltes) devient inéluctable.

Car enfin, qui peut se préoccuper de la biodiversité, du bien-être animal et du changement climatique lorsque des êtres humains sont menacés de mourir de faim ? Cette analyse omet un élément fondamental (souvent passé sous silence par mauvaise foi ou par superficialité) qui ne manquera pas de soulever l'estomac de chacun de nous : aujourd'hui, sur Terre, on produit suffisamment de nourriture pour 12 milliards de personnes.

40 % de ce total est gaspillé et se transforme en déchet
avant même d'avoir approché la moindre table.


La nourriture est gâchée pour des raisons différentes et opposées selon les régions du globe. Dans le Nord du monde, on achète ou on produit trop d'aliments, qui sont souvent jetés, parfois avant même d'être périmés. De plus, oubliant les enseignements des personnes âgées, qui ont, elles, réellement connu la faim, un nombre important de consommateurs a développé une approche superficielle, également influencée par la perte de culture et de connaissances culinaires. On exige exclusivement certains morceaux nobles de viande et quelques rares espèces de poissons, qui sont aussi plus simples à préparer ; on considère l'uniformité comme une qualité, ce qui pousse à écarter les fruits et légumes «hors calibres». Par conséquent, une quantité vertigineuse de nourriture finit à l'incinérateur, entraînant une nouvelle dépense énergétique pour être traitée.
Dans le Sud du monde, au contraire, on gaspille par manque d'infrastructures adaptées, d'instruments pour la conservation et le transport en temps utiles. Mais l'alimentation est aussi gaspillée lorsque la production de biocarburants, de biogaz et de grandes quantités d'aliments pour animaux concurrence l'alimentation humaine ; une compétition qui est fortement faussée par les intérêts des spéculateurs et de l'industrie agricole dans certaines régions du monde.
Jeter de la nourriture qui aurait pu être consommée coûte cher aux ménages. Sur base des dépenses annuelles d’un ménage, c’est environ 175 Euros qui sont directement jetés à la poubelle.
Nous devons lutter contre le gaspillage en rendant à l'alimentation la valeur et la sacralité que mérite l'acte de se nourrir.


Gâcher des aliments est un acte immoral en plus d'être stupide, insensé et coûteux.


Alors comment agir.

Simplement avec bon sens.
Dans cette rubrique, vous trouverez conseils, astuces et savoir-faire pour nous aider à limiter le gaspillage et optimiser nos achats de produits bons, propres et justes.

Vous trouverez :

• quand acheter le produit (saisonnalités).
• Comment choisir un produit : quels sont les éléments clés à connaitre, y a-t-il des morceaux à privilégier, y a-t-il des espèces à sauvegarder… ?
• Comment bien conserver les produits : savoir choisir et acheter de bons produits ne suffit pas si ces produits ne sont pas utilisés dans les meilleurs délais et sont mal conservés. Peut-on les stocker en maintenant une bonne qualité ? Faut-il les préparer pour les stocker ?
• Nous pourrons même aborder les manières de cultiver vous-mêmes vos propres produits bons, propres et justes.
Vous trouverez également dans d’autres rubriques de notre site :
• des recettes pour les morceaux les moins demandés,
• des recettes pour accommoder vos restes,
• des recettes pour utiliser les épluchures ou les parties des produits habituellement jetées comme les feuilles, les fanes, les tiges…
• Quelques astuces pour modifier l’utilisation des produits en réintroduisant les céréales et les légumineuses, par exemple.


_______________________________________________________________


 facebook